Infrastructures & Mobilité Transports
ACCÈS ABONNÉS
identifiant  
Mot de passe 
RECEVOIR LA NEWSLETTER
Saisissez votre e-mail

partager sur :


Linkedin

 

Twitter

 

partager

Partenaires




Aménagement

Seine-Nord-Europe: le grand canal financé ?

Après la décision très attendue de Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France, de « répondre favorablement à la demande de Xavier Bertrand, président de la région Hauts-de-France, de contribuer au canal Seine-Nord Europe » (SNE) à hauteur de 110 M€, le financement du projet se précise. Annoncé par un communiqué prudent du ministère, un projet de protocole financier a été signé le 28 novembre sous l’égide d’Alain Vidalies, secrétaire d’Etat chargé des Transports. Pour un coût estimé à 4,5 Md€, l’Union européenne en finance 40% (1, 8 Md€ dans le cadre du projet de liaison Seine-Escaut), l’Etat s’est engagé pour 1 Md€ (dont quelque 120 M€ déjà engagés sous forme d’études entre 2004 et 2014). Sur le milliard attendu des collectivités territoriales, la région Hauts de France qui avait d'abord annoncé « plus de 302 M€ », a finalement rallongé 50 M€. Les 500 M€ restant seront apportés par les départements concernés (Nord : 200 M€, Pas-de-Calais : 130 M€, Oise : 100 M€, Somme : 70 M€). C’est enfin un emprunt de 700 M€ garanti par L’Etat et les collectivités qui complètera l’ensemble.
Le 10 juin dernier, un référé alarmiste de la Cour des comptes sur l’Agence de financement des infrastructures de transport de France (AFITF) avait mis le feu aux poudres. Déjà endetté, cet « opérateur sans feuille de route ni marge de manœuvre », disait la Cour, subira « une insuffisance cumulée de financement » de 1,6 Md€ à l’horizon 2019. Si l’agence devait financer en plus les grands projets Lyon-Turin et SNE, l’Etat « devra dégager, entre 2017 et 2019, entre 1,6 et 4,7 Md€ » supplémentaires. Selon un calcul communiqué par l’association Seine-Nord Europe le 8 septembre dernier, « seuls 160 M€ sont (…) imputables à SNE, soit 3,4% ». Lissé sur toute la durée annoncée du chantier (2017 à 2023), la charge annuelle de l’Etat variera, selon l’association, de 5 M€ à 200 M€ (pic atteint en 2021).
Cette dernière devait lancer le 7 décembre à Douai le « Club des villes et EPCI » pour « aider les collectivités à anticiper et valoriser les retombées du projet. » Objectif : démarrer les travaux en 2017.

Photo: péniches sur l' axe Seine (© Décideurs en région).


 
Réagissez à cet article !
 
   Votre nom :  
Votre e-mail :  
 
Votre commentaire :