Transports, Infrastructures & Mobilité

Grand Paris


Grands chantiers d’Ile-de-France : quel ordre de déconfinement ?


Premières lignes du Grand Paris Express, prolongement d’Eole, extension de lignes de métro, chantiers de trams, amélioration des voies du RER B et D au nord de Paris, CDG Express, etc. En Ile-de France, le Covid-19 entraîne un grand chamboule-tout de ces chantiers et de leur calendrier de livraison.



Difficile de dire comment celui-ci sera rebâti et si certaines réalisations, considérées comme moins essentielles, ne passeront pas à la trappe. Devant le Sénat, le 10 avril, le secrétaire d’Etat aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, a en effet dessiné ce scénario d’une priorisation pour ce qui concerne le programme de SNCF Réseau. Officiellement, côté Société du Grand Paris, la mise en service du tronçon commun aux lignes 16 et 17, déjà légèrement repoussée l’an passé, reste inscrite pour début 2024, les Jeux Olympiques se tenant en juillet. Mais quasi-certitude, il faudra un miracle pour tenir le rendez-vous avec les JO. La mise en service de la ligne 15 sud – la première qui sera inaugurée dans sa totalité - paraît compromise pour 2025. Idem pour le prolongement d’Eole à l’ouest programmé pour 2022. Seul espoir assez mince, l’ouverture des quatre nouvelles stations de métro au nord de la ligne 14 (Saint-Lazare à Mairie de Saint-Ouen), fixée à cet été, pourrait connaître un décalage limité. Valérie Pécresse, présidente d’Ile-de-France Mobilités, l’a incluse dans la liste des travaux à reprendre vite. On y trouve la première phase du prolongement ouest Eole (Saint-Lazare – Nanterre), le faisceau nord pour les RER B et D, les prolongements de métro et tram etc, en fait tout ce qui doit concourir à améliorer les services utiles au plus grand nombre et du ressort de l’autorité organisatrice. Dans cette même logique, les élus communistes profitent de cette crise du Covid-19 pour réclamer de nouveau l’arrêt de mort du CDG Express, une liaison qui n’a jamais fait l’unanimité. Cependant l’Etat voudrait profiter du trafic ferroviaire réduit pour voir les travaux engagés.



Durant les premières semaines du confinement, Etat et entreprises publiques ont restreint l’activité aux interventions essentielles à la sécurité et au maintien du service public de transport minimum. Exemple, le rétablissement d’un talus à Sèvres (92) qui a causé la coupure des lignes L et U du Transilien. La reprise des grands travaux dépend du redémarrage coordonné de chaque chaînon, mais aussi d’un accord avec l’Etat sur la prise en charge des surcoûts (logistique dégradée, équipement sanitaires, etc) afin d’éviter les différends.



Marc Fressoz



Photo : La ligne 15 devrait être la première à être inaugurée dans sa totalité. © Marc Fressoz



 
Réagissez à cet article !
 
   Votre nom :  
Votre e-mail :  
 
Votre commentaire :  
 
 
identifiant  
Mot de passe  
 
 
Partager sur :  twitter Linkedin
 

Partenaire
petits-déjeuners-débats