Transports, Infrastructures & Mobilité

Le chiffre


12, 68 Md€


Ce sera, selon la chambre régionale des comptes d’Ile-de-France dans son « Rapport d’observations définitives » (www.cccomptes.fr/fr/crc-ile-de-france) remis le 15 juin dernier, l’encours de la dette d’IDFM (Ile-de-France Mobilités) en 2030 si l’autorité organisatrice francilienne veut réaliser l’ensemble de son programme d’investissements à cet horizon.


 


Ce programme, qui a augmenté de 80 % entre 2013 et 2018 (il a atteint cette année-là 1,11 Md€), est en effet depuis l’origine « largement financé par l’emprunt ». La dette avait atteint 1,93 Md€ en 2018. Plus de 22 Md€ d’investissements sont prévus entre 2018 et 2030, dont 14,9 Md€ au titre du matériel roulant ferré et tramway. Selon la chambre, la capacité d’autofinancement d’IDFM deviendrait négative en 2024 et s’aggraverait ensuite. Il lui manquera 1,06 Md€ par an entre 2023 et 2030 pour équilibrer son budget. En cause, la hausse des coûts d’exploitation (2 078 M€ en 2030) due à la mise en service des nouvelles lignes (celle du Grand Paris Express représenterait 42 % du total) et du renforcement de l’offre de transport dans la région, matériels compris. Pour financer ces projets, le service de la dette serait donc « multiplié par dix entre 2018 et 2030 », rendant impossible un recours à l’emprunt du fait des « règles financières qui régissent IDFM ». Solutions préconisées par l’autorité et étudiées par la chambre : hausses tarifaires (variables selon la fréquentation et les recettes tarifaires), lissage des investissements, hausse du versement mobilité (ex-VT) et des contributions des collectivités, efforts de productivité des opérateurs. IDFM prévoit 8,54 Md€ de ressources supplémentaires entre 2023 et 2030, jugées « hypothétiques » par la chambre régionale.


Rien n’est joué et des choix devront être faits. D’autant que le fort impact du confinement sur les recettes n’a pu être pris en compte dans le rapport. TI&M avait anticipé cette situation dans le dossier de son n°518 (novembre-décembre 2019) : « 2020-2030, dix ans pour révolutionner le système de transport en Ile-de-France », complété par un grand entretien avec Laurent Probst, directeur général d’IDFM. Ce dernier répond d’ailleurs au rapport de la chambre. Nous renvoyons nos lecteurs à ces documents.


Michel Hagège


 
Réagissez à cet article !
 
   Votre nom :  
Votre e-mail :  
 
Votre commentaire :  
 
 
identifiant  
Mot de passe  
 
 
Partager sur :  twitter Linkedin
 

Partenaire
petits-déjeuners-débats